Foot/Venezuela: le sélectionneur Dudamel appelle Maduro à “faire taire les armes”

Caracas – Le sélectionneur de l’équipe de football du Venezuela, Rafael Dudamel, a demandé jeudi au président Nicolas Maduro de “faire taire les armes”, déplorant les violences lors des manifestations secouant le pays qui ont fait 66 morts depuis début avril.

Président, faisons taire les armes maintenant. Ces gamins qui sortent dans la rue (pour manifester, ndlr), la seule chose qu’ils veulent, c’est un Venezuela meilleur, qui rit, qui sourit et qui profite de la vie“, a déclaré l’ancien international vénézuélien lors d’un entretien avec la chaîne Directv Sports.

M. Dudamel s’exprimait depuis la Corée du Sud, où le Venezuela s’est qualifié jeudi pour la première finale de Coupe du Monde de football de son histoire, au Mondial des moins de vingt ans, en battant l’Uruguay aux tirs au but (1-1, 4-3 aux t.a.b).

Aujourd’hui, c’est un garçon de 17 ans qui nous a donné du bonheur et hier c’est un autre de 17 ans qui est mort“, a-t-il déclaré.

Il faisait référence au milieu de terrain Samuel Sosa, auteur du coup de franc qui a permis au Venezuela d’égaliser in extremis (90e+1) pour décrocher la prolongation, et à l’adolescent décédé mercredi après avoir été blessé à la poitrine lors d’une manifestation à Caracas.

Selon le bilan du parquet, 66 personnes sont décédées et un millier ont été blessées depuis le début des manifestations le 1er avril, qui visent à exiger le départ du président Maduro et l’organisation d’élections anticipées.

Le Venezuela disputera dimanche la finale du Mondial des moins de 20 ans contre l’Angleterre.

EN IMAGES. Manchester: panique et nuit d’horreur après l’attentat

Un attentat-suicide a tué au moins 22 personnes parmi de jeunes spectateurs et leurs parents à la sortie d’un concert d’Ariana Grande à l’Arena. Récit du drame en photos.

C’est le pire attentat au Royaume-Uni depuis onze ans. Au moins 22 morts et 59 blessés, selon un bilan à la mi-journée, à la sortie d’un concert d’Ariana Grande à Manchester où un homme a fait détoner une charge explosive. Cette attaque dans le foyer de l’Arena, rempli de jeunes fans et leurs parents, a semé la panique dans la salle et à l’extérieur. La chanteuse britannique, elle, est indemne physiquement, mais a déclaré être “brisée”. Sur son compte Twitter, elle a écrit: “Du fond du coeur, je suis affreusement désolée. Je n’ai pas de mots”. Avant ce nouvel attentat sur le sol britannique, le plus grave était celui du 7 juillet 2005, quand une série d’attaques suicides dans les transports à Londres par quatre kamikazes avait tué 56 personnes et laissé plus de 700 blessés.

Attentat de Londres: la glaçante confrontation entre les terroristes et la police

Le Guardian s’est procuré les images de l’intervention de la police à Borough Market. On voit les policiers faire feu alors que les trois terroristes se jettent sur eux arme à la main.

La vidéo montre la détermination folle des terroristes. Sur les images de vidéosurveillance que s’est procuré le Guardian, on voit clairement les hommes qui ont frappé Londres dans la nuit de samedi à dimanche foncer sur les policiers, couteau à la main. Les forces de l’ordre ont a peine le temps de faire feu.

Les images proviennent d’une caméra de vidéosurveillance située dans le quartier de Borough Market. Après avoir renversé des piétons sur le London Bridge, c’est là que les terroristes vont continuer leur macabre expédition. Couteau à la main, ils abandonnent leur véhicule et sèment la mort en agressant les passants qu’ils croisent.

Ils se ruent sur les policiers

Les terroristes, Khuram Butt (27 ans), Rachid Redouane (30 ans) et Youssef Zaghba (22ans), tentent d’abord d’entrer dans un bar. Mais les clients barricadés à l’intérieur les empêchent d’entrer. Ils se ruent alors sur un passant, puis se retrouvent nez à nez avec une voiture de police. Les policiers descendent de voiture et les terroristes foncent sur eux. A gauche de l’image ont voit un policier reculer tandis que l’un des terroristes court vers lui. Il parvient tout juste à sortir son arme et à faire feu avant que le terroriste ne l’atteigne.

VIDÉO >> Xavier, Christine, Sara… Qui sont les victimes de l’attentat de Londres

Tout se passe en moins de 20 secondes. Et pourtant les images sont glaçantes, tant elles montrent à quel point les terroristes semblaient déterminés, capables de se ruer sur des dizaines de civils non-armés, couteau à la main. Huit personnes ont péri à la suite de cette attaque et une cinquantaine d’autres ont été blessées.

Athlétisme: Obiri, 5e meilleure performeuse de l’histoire sur 5000 m à Rome

Rome – La Kényane Hellen Obiri est devenue la 5e coureuse la plus rapide de tous les temps sur le 5000 m (14 min 18 sec 37), jeudi lors du meeting de Rome, 4e étape de la Ligue de diamant.

Obiri, qui détenait déjà la meilleure performance de l’année, a survolé la course en déposant tous ses adversaires après 3500 m, dont la recordwoman du monde du 1500 m, l’Ethiopienne Genzebe Dibaba, qui termine seulement 6e.

Le record du monde du 5000 m dames est toujours détenu depuis le 6 juin 2008 par l’Ethiopienne Tirunesh Dibaba (14 min 11 sec 15), soeur aînée de Genzebe.

Passation de pouvoir: Brigitte Macron séduit et dérange la presse internationale

On ne compte plus les articles ayant évoqué la tenue bleue de la première dame.

Emmanuel Macron est, ce lundi, en couverture du New York Times: on le voit reboutonnant sa veste, dans un 4×4 militaire, descendant l’avenue des Champs-Elysées, lors de la passation de pouvoir organisée dimanche.

e prestigieux quotidien américain n’est pas le seul à avoir choisi le nouveau président français pour sa couverture: les britanniques Guardian, The Independent et Financial Times, (celui-là même qui a qualifié Brigitte Macron de “cagole” il y a quelques jours), l’espagnol El Pais, l’italien la Repubblica et l’américain Wall Street Journal… tous ont mis cet événement français en première page.

Audition de l’ex-patron du FBI: “Le plus important va se jouer à huis clos”

Que faut-il retenir de l’audition spectaculaire de James Comey sur ses relations avec le président Donald Trump et les conditions de son limogeage? Décryptage du spécialiste des Etats-Unis Corentin Sellin.

 

Corentin Sellin: James Comey a confirmé ce qu’il avait indiqué dans sa déclaration liminaire divulguée mercredi: l’impression que Trump lui avait demandé de laisser tomber l’enquête sur Michael Flynn, son ex-conseiller.

Comey va un peu plus loin que ce qu’il a dit par écrit. Aux questions sur la raison pour laquelle il avait décidé de prendre des notes après ses rencontres avec Trump, il a dit avoir considéré que celui-ci pouvait mentir. Le constat est d’autant plus embarrassant que l’ex-chef de la police fédérale dit ne l’avoir jamais fait avec les prédécesseurs de Trump, Barack Obama et George Bush -alors qu’il était adjoint au ministre de la Justice.

Le récit de Comey donne aussi clairement le sentiment que le président des Etats-Unis a cherché à installer une proximité, une intimité presque, avec le directeur du FBI: Comey n’a eu que deux conversations seul à seul avec Obama en trois ans, alors qu’il en a eu deux en un mois et demi avec Trump. Plutôt embarrassant.

Plusieurs points ont toutefois pu soulager l’entourage de Trump: les informations données par Comey ne peuvent pas être considérées comme une tentative d’obstruction du président américain. Comey a dû reconnaître qu’il avait seulement eu “le sentiment” que Trump espérait qu’il laisse tomber l’enquête sur Flynn. Ensuite, l’ancien chef de la police dit que le président souhaitait la suspension de l’enquête sur Flynn, pas celle sur l’interférence russe.