De Guimard à Royère, 50 ans de mobilier français

Le charme des ventes organisées à l’Hôtel Drouot vient de leur diversité. Dans une même vacation, on trouve de tout. Des petits objets et des tableautins sont proposés pour moins de 1 000 euros et des pièces exceptionnelles peuvent atteindre plusieurs centaines de milliers d’euros.
La vente organisée le 7 juin prochain par la société Ferri ne déroge pas à cette tradition. Si l’on s’en tient au seul mobilier, vous y dénicherez une console d’applique du XIXe siècle en provenance d’Europe centrale pour 800 à 1 200 euros, un ensemble de chambre d’époque Empire (lit, chevet, commode et secrétaire) pour 4 000 à 5 000 euros ou une table de tric-trac de la fin du XVIIIe siècle qui ne devrait pas dépasser 800 euros.

Mais il y a des pièces beaucoup plus spectaculaires et représentatives des courants artistiques qui ont marqué la France. C’est notamment le cas d’une exceptionnelle et grande vitrine en acajou massif d’Hector Guimard (1867-1942). Ses volumes arrondis rappelant les branches d’arbres, ses portes vitrées ornées de bois sculptés à corps floral sont typiques du mobilier Art nouveau qui s’impose en France au début du XXe siècle. Le mobilier se veut alors une évocation voluptueuse des merveilles de la nature. L’angle, le mobilier aux formes rectangulaires sont bannis. Le particulier doit vivre dans un univers imaginaire représentatif d’une végétation fantasmée.

Le meuble présenté par l’étude Ferri est une pièce unique qui selon le catalogue résulte d’une commande faite directement auprès de l’architecte et réalisée par ses ébénistes. Ce meuble incroyable, signé et daté 1902, est estimé 60 000 à 80 000 euros.
Transportons-nous cinquante ans plus tard au début des années 50, dans l’immédiat après-guerre. Après des années de privation, la France retrouve le goût de vivre et de consommer. La recherche du confort est devenue un must pour tous les créateurs de mobilier. Parmi eux, Jean Royère (1902-1981) se distingue. Il aménage, sur commande, des intérieurs entiers, concevant le mobilier du salon, de la salle à manger, de la bibliothèque, des chambres allant même jusqu’à créer des fauteuils de jardin. Son succès est immense, ses commanditaires résidant en France mais également en Amérique latine et au Moyen-Orient notamment à Beyrouth. Certains d’entre eux sont des personnages d’importance comme le Shah d’Iran Mohammad Reza Pahlavi (1919-1980).

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *