Placements : quelles solutions pour doper votre patrimoine sur le long terme ?

Votre horizon de placement est de vingt ans ou un peu plus ? Trois solutions sont à privilégier pour dégager de bons rendements. Attention cependant à quelques écueils.

“L’immobilier résidentiel rapporte 3,5 à 4 % brut, à comparer aux 2 % des fonds en euros de l’assurance vie, note Benjamin Nicaise, président de Cerenicimo, plate-forme dédiée à l’investissement immobilier. C’est dans ce domaine que le mix rendement/sécurité est le plus abouti. Les taux de crédit restent très attractifs même s’ils ont commencé une légère remontée.

Or recourir à un prêt ajoute de l’attrait au placement, puisque les intérêts d’emprunt sont déductibles des loyers. L’effet de levier est optimisé par ces taux bas.” Selon l’Observatoire Crédit Logement/CSA, en janvier, les taux fixes moyens nationaux se situaient dans une fourchette allant de 1,25 % pour un emprunt sur dix ans à 1,73 % sur vingt-cinq ans. Encore très abordable.

Côté prix, même tempérance : si la hausse se poursuit dans le neuf, avec + 2,2 % de croissance en 2016 (après + 2,1 % en 2015), d’après le baromètre LPI-SeLoger de janvier, une augmentation brutale n’est pas à l’ordre du jour. Les conditions sont donc réunies pour envisager un achat.

Quand Oprah Winfrey perd 20 kilos, l’action Weight Watchers fait un énorme bond

L’action Weight Watchers a gagné un quart de sa valeur en Bourse mercredi. En cause : le régime d’une star de la télévision américaine, Oprah Winfrey, rapporte CNBC.com. Revue de presse.

Pas moins de 42,5 livres. Soit un peu moins de 20 kilos. C’est le poids que la célébrissime présentatrice et productrice américaine Oprah Winfrey a expliqué mardi soir avoir perdu, dans une émission de télévision, grâce au non moins illustre programme “Weight Watchers”. La Bourse n’a pas tardé à se réjouir : mercredi, le cours de l’action de la société Weight Watchers a brusquement bondi de 26 %. Sur la journée, un gain de 21 % a au final été enregistré. L’anecdote est rapportée par le site CNBC.com.

“L’effet Oprah”

Ce n’est pas la première fois que le régime d’Oprah Winfrey dope le cours de l’action Weight Watchers, rappelle l’article : le mois dernier, un pic similaire avait déjà été constaté après qu’elle a annoncé avoir perdu 40 pounds, quelque 18 kilos, grâce au programme.

A LIRE >>Bourse : 10 actions sur lesquelles se positionner pour 2017

Notez qu’Oprah n’est pas une simple “cliente” de Weight Watchers : fin 2015, elle est entrée au conseil d’administration et au capital de la société. La nouvelle avait alors fait doubler le cours de l’action, note CNBC, qui précise que la star possède près de 10 % du capital de l’entreprise. Elle a donc bien plus à empocher dans l’affaire qu’une silhouette plus fine. Qui perd gagne !

Il y a quelques semaines, Bloomberg.com avait publié un graphique résumant “l’effet Oprah” – comprenez, l’influence de la star sur le cours de l’action Weight Watchers.

Sondage : quel budget prévoyez-vous pour les soldes ?

our les fashions addicts les soldes sont le moment idéal pour renouveler tout ou partie de son vestiaire. Pour les plus organisés, c’est aussi l’occasion d’anticiper la rentrée scolaire et de renouveler les tenues des écoliers. Quelle que soit la raison pour laquelle vous profiterez de ces semaines de bonnes affaires, quel budget allez-vous y consacrer ?

JCDecaux: reconduction d’un contrat à Hong Kong.

Filiale exclusive de JCDecaux à Hong Kong, JCDecaux a rapporté ce jeudi après Bourse s’être vu attribuer un contrat de 5 ans par Hong Kong Tramways Ltd.Celui-ci porte sur la p…

Filiale exclusive de JCDecaux à Hong Kong, JCDecaux a rapporté ce jeudi après Bourse s’être vu attribuer un contrat de 5 ans par Hong Kong Tramways Ltd.

Celui-ci porte sur la publicité à la fois à l’intérieur et à l’extérieur des tramways.

Effectif depuis début mai, ce contrat permet à JCDecaux Cityscape de devenir l’opérateur publicitaire exclusif de la totalité des 160 tramways de Hong Kong, qui compte actuellement 7,3 millions d’habitants.

 

Taux: nette détente en Italie, BCE sans surprise.

L’appétit pour le risque est de retour et cela profite aux dettes souveraines des pays du Sud: -8Pts de base en Espagne à 1,4650% mais surtout -12Pts sur les BTP italiens à 2,…

L’appétit pour le risque est de retour et cela profite aux dettes souveraines des pays du Sud: -8Pts de base en Espagne à 1,4650% mais surtout -12Pts sur les BTP italiens à 2,154%.

Cette forte détente est liée aux préparatifs d’une opération de sauvetage de 2 banques de la Vénitie au bord de la faillite (2 grandes banques italiennes seraient ‘priées’ de proposer une ‘solution’).

 

Nos OAT se détendent de -4Pts à 0,643%, en revanche les ‘Gilts’ britanniques se dégradent d’autant à 1,04%.

 

Outre-Atlantique, les T-Bonds subissent des prises de profit au bénéfice de Wall Street avec des taux longs qui se tendent de +2,5Pts à 2,205%.

De même, les marchés obligataires des ‘pays coeur’ (Bund inchangé à 0,256 contre 0,261%) ont en revanche peu réagi aux propos de Mario Draghi qui délivre un message parfaitement conforme aux anticipations: seule la référence à une potentielle baisse de taux a disparu… sinon le ‘QE’ sera poursuivi au moins jusqu’à fin 2017 (voir amplifié au besoin) et les membres de la BCE n’ont pas discuté de sa réduction (‘tapering’).

En ce qui concerne l’inflation, son tassement reste mécaniquement lié à la baisse du prix de l’énergie et du pétrole en particulier.

 

La teneur globale du message demeure ‘dovish’ (très accommodante) et l’Euro en subit le contrecoup avec un repli de -0,3% vers 1,1220 face au Dollar.

La BCE promet d’intervenir sur les marchés pendant encore ‘très longtemps’ malgré une croissance gagne en robustesse.

 

Aucune ‘normalisation’ des taux n’est envisagée (les taux sont à zéro) alors que la croissance dans l’Eurozone aurait atteint +1,9% au 1er trimestre (PIB en hausse séquentielle de +0,6%).

Copyright (c) 2017 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Paris: un concentré de suspens et au final, une stagnation.

Plus rien n’a bougé à paris entre 14H et 17H35, le CAC40 oscillant entre 5.255 et 5.275 pour en terminer exactement au milieu de cette fourchette, à l’équilibre à 5.264Pts.Le …

Plus rien n’a bougé à paris entre 14H et 17H35, le CAC40 oscillant entre 5.255 et 5.275 pour en terminer exactement au milieu de cette fourchette, à l’équilibre à 5.264Pts.

Le CAC40 avait culminé vers 5.290 à l’heure du déjeuner mais tout a été reperdu peu après l’entame de la conférence de presse de Mario Draghi qui délivre un message parfaitement conforme aux anticipations: seule la référence à une potentielle baisse de taux a disparu… sinon le ‘QE’ sera poursuivi au moins jusqu’à fin 2017 (voir amplifié au besoin) et les membres de la BCE n’ont pas discuté de sa réduction (‘tapering’).

En ce qui concerne l’inflation, son tassement reste mécaniquement lié à la baisse du prix de l’énergie et du pétrole en particulier.

 

La teneur globale du message demeure ‘dovish’ (très accommodante) et l’Euro en subit le contrecoup avec un repli de -0,3% vers 1,1220 face au Dollar.

La BCE promet d’intervenir sur les marchés pendant encore ‘très longtemps’ malgré une croissance gagne en robustesse.

 

Aucune ‘normalisation’ des taux n’est envisagée (les taux sont à zéro) alors que la croissance dans l’Eurozone aurait atteint +1,9% au 1er trimestre (PIB en hausse séquentielle de +0,6%).

Tout serait donc déjà ‘dans les cours’ et l’euro-Stoxx50 surperforme Paris avec un gain de +0,4%, grâce à Francfort qui gagne +0,3% et Milan (+1,4%) grâce aux préparatifs d’une opération de sauvetage de 2 banques de la Vénitie au bord de la faillite (2 grandes banques italiennes seraient ‘priées’ de proposer une ‘solution’).

Outre-Atlantique, à mi-séance, Wall Street semble bien installé en territoire positif et de nouveau records historiques tombent: le Nasdaq (+0,3%) a culminé à 6.318, le Dow Jones (+0,2%) a inscrit un nouveau plus haut absolu à 21.265Pts, le S&P500 (+0,1%) a réédité son record des 2.440… et cela n’a rien à voir avec les inscriptions hebdomadaires au chômage se sont réduites de -10.000 à 255.000 (contre 248.000 anticipé).

Les investisseurs ont assisté à l’audition de James Comey devant le Congrès américain (Sénat): elle s’est avérée sans surprise, toutes les déclarations de l’ex-patron du FBI, donc chaque terme a été soupesé jusqu’au positionnement des virgules, avaient été publiées dans un communiqué destiné à la presse la veille.

 

Pour rappel, l’ex-directeur du FBI James Comey a été remercié par Donald Trump après avoir été incité à abandonner l’enquête sur Michael Flynn, l’ancien conseiller à la sécurité nationale du président américain mêlé à l’affaire de l’ingérence russe dans l’élection présidentielle.

L’avenir politique de Donald Trump ne sera donc pas compromis par ses propos ‘inappropriés’, voir ‘maladroits’ (le nouveau Président ne connaissant peut-être pas toutes les subtilités des procédures) lors de ses entretiens avec James Comey… lequel a précisé qu’il n’y a avait pas d’enquêtes en cours concernant Donald trump personnellement (celles qui concernent les ‘interférences’ russes en revanche se poursuivent).

Après avoir longuement hésité, Wall Street semble opter pour la reprise du mouvement perpétuel à la hausse qui a débuté le 27 juin 2016.

Autre actualité (très) importante : le scrutin législatif britannique (Londres finit en léger repli de -0,4%).